Rechercher

Chacun sa rentrée !



Petite fille, j’adorais le jour de la rentrée. Il y avait d’abord l’excitation des achats. On avait grandi, il fallait acheter la taille au-dessus. Tout sentait bon, surtout le plastique des protèges cahiers que je reniflais jusqu’aux vacances de la toussaint. Tout sentait le neuf.

Il y avait aussi l’excitation de retrouver ses potos. C’était long ces vacances avec tous ces frères. Et puis la cueillette des haricots verts et des petits pois du jardin, l’équeutage et l’écossage me rendait morose. Aujourd’hui l’idée très louable d’être autonome en légumes toute l’année ferait le buzz sur les réseaux. Pour moi et mes frères, c’était juste une corvée sans fin. Je me serais contentée de boites de conserve, moi !

Alors la rentrée, j’adorais ça !

Et c’est toujours le cas aujourd’hui. Ce matin j’ai vu des gens bien apprêtés, bien habillés. Le teint encore halé et la mine reposée, j’ai senti une énergie communicative.

Je vous entends penser que ma lorgnette est bien positive, voire un peu naïve. Par les temps qui courent, il ne serait pas bien vu d’être de bonne humeur ?

C’est pourtant ce qui nous aide à surmonter les obstacles. Et cette année (euh ! un peu contrainte tout de même en attendant de vivre de ma plume/passion/métier) j’opte pour la frugalité.

La frugalité c’est décider de vivre bien avec moins.

Comme nous n’avons pas grandi cette année, on commence par sa garde-robe, ce gouffre à pognon sans fond. On prend quelques heures et on réessaie tout, on réassocie, bref on recycle ! c’est so tendance ! On attribue d’abord une fonction à chaque vêtement. Cette veste pour tel meeting, cette jupe pour tel pince fesses, cette chemise parce qu’elle est parfaite. En suite on mélange tout et on ose les associations de formes et de couleurs un peu plus audacieuses. On n’oublie pas l’adage de MamCordula : Près du corps en haut, large en bas, près du corps en bas, large en haut.

Bravo, vous voilà avec plein de nouvelles tenues. Vous avez mérité une récompense.

Piochez sans vergogne les propositions suivantes :

· La seconde main pour de belles pièces que nous n’aurions pas les moyens d’acquérir. Je vous promets que ça existe. J’ai récemment acheté un pantalon de smoking, jamais porté, valant plusieurs centaines d’€ avec un cinq devant, qui était passé à deux chiffres avec un 7 devant. Un intemporel qui durera longtemps, à pimper avec une paire de baskets blanches et un pull doudou. Vous ajoutez un sautoir et c’est wow !


· Une touche du pantone de cette année. Il a fait une entrée bien timide cet été, mais cet hiver il est bien là. Il s’appelle Very Peri. C’est un bleu very pervenche, très doux, mais qui affirme aussi un certain caractère. Sans vous ruiner, vous trouverez bien un foulard, une boucle d’oreille, une paire de chaussettes, juste pour montrer que vous êtes au top de la tendance cet automne.


· Commencez à regarder du côté des mocassins. LA pièce à avoir cette année. Les semelles sont épaisses et vous protègerons de la rigueur. C’est la touche 80’s à ne pas manquer. Prenez votre temps pour les choisir, ils ne sont pas tous en magasin. La ballerine aussi fait un retour en fanfare.


· Et en vrac : une touche cowboy avec des franges, des pulls qui enveloppent, des couleurs fruités pour la bonne humeur, du doré, un vernis bleu marine, etc.


Je me relis et je me dis que je suis nulle en mots clés. Communiquer sur les réseaux c’est utiliser des mots qui flattent les algorithmes, pour optimiser son référencement.

Comme j’ai choisi la frugalité de ce côté-là aussi, google devra se contenter d’haricots verts, de lorgnette et de pervenche.

Chu pas prête d’être populaire ! Tant pis

34 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout